18 Feb 2019

La semaine commence relativement bien

Je suis de retour sur le net sans vraiment avoir disparu complètement. J’étais toujours présent mais n'ai pas eu le temps de gribouiller quelque chose, pris que j’étais par d'autres préoccupations plus urgentes. C'est la vie. On ne fait pas toujours ce que l'on veut, ni comme ni quand on le veut. Le coup de semonce existe. A l'issue d'un weekend de va-et -vient entre Holetown et la maison, je me sens prêt pour la semaine. Ma muse m'inspire de nouveau, ma fleur de cactus m'envoie des vibrations; tout marche derechef. Je peux écrire de nouveau. Deux heures de cours au programme. Une réunion avec des étudiants. Quelques démarches administratives pour mon prochain voyage de Trinité. Quelques travaux d’étudiants a corriger en ligne. La journée passe vite.
Bonne semaine lectrices et lecteurs de ce blog.

10 Feb 2019

Les jeunes n'ont plus de modèles???

"Cher Claver,
Poser le problème comme tu le fais porte à confusion. Je suis d'accord avec toi que cela s'entend depuis toujours; mais ce n'est pas une raison pour valider cette affirmation un peu gratuite.
Les jeunes ne trouvent pas de personnes à imiter dans leur entourage, de bons modèles exemplaires, traditionnels, complètement dédiés au bien et au bien-être de la communauté. Rien de plus de faux. Un enfant comme un jeune règle sa vie par rapport à son environnement immédiat. Sa famille restreinte et étendue lui sert de référence naturelle. Ses amis de jeux également. Le maître d'école, l'élève brillant, studieux et poli, tout comme les parents stricts et sévères, forment un pan de valeurs positives à suivre. L'église, le quartier, et l'état dans une certaine mesure, servent de repères pour la crainte qu'ils inspirent du péché ou du délit. Les modèles ne manquent pas, mais la question est de savoir pourquoi ces modèles ne réussissent pas à imposer leurs principes de vie ou leurs exemples à une jeunesse rétive à tout genre d'observance. Comment canaliser les biens proposés dans les consciences des enfants et des jeunes? La vie elle-même pose un obstacle majeur aux options des individus.
Beaucoup en sont encore à regretter que pour une raison ou une autre ils n'ont pas réalisé leur rêve. J'en connais un à qui son paternel a imposé de faire la section scientifique alors qu'il souhaitait la section littéraire. J'en connais une qui a plutôt suivi la section littéraire plutôt que la coupe-couture. Un autre qui regrette de n'avoir pas poursuivi ses études, découragé par la famille qui l'hébergeait. De là à retrouver Papa le Bon dans Allah n'est pas obligé de Kourouma, habillé en soutane avec un kalachnikov en bandoulière, rien de plus ahurissant mais c'est réellement arrivé. Cet homme était allé aux Etats-Unis dans un séminaire pour futurs prêtres. A son retour au pays, menacé par le pouvoir en place, il a trouvé refuge dans une caserne de guérilla. Le voilà à la tête d'un régiment d'enfants-soldats ou small soldiers aussi cruels, voleurs, violeurs et drogués si pas plus terrifiants que les adultes. La guerre a fait qu'un enfant de 12 ans armé puisse commettre plus de dégâts matériels et humains que vingt adultes réunis. Caricatures peut-être, mais concevable."
Etc.

Anonyme.


Le temps change les hommes?

Ce soir du 9 février, je me suis accordé un plaisir inédit. Prendre un bain dans le jacuzzi avec un verre de cognac et au rythme d'une musique qui n'est pas forcément de mon goût. D'habitude, et ceux qui me connaissent s'attendraient à ce que je mette du Bella-Bella. Ce soir, contre toute attente, j'ai choisi des morceaux de Bozi Boziana. Bien sûr que j'ai connu le jeune Grand Père, qu'on appelle ainsi parce qu'il a beaucoup de neveux. Allez-y voir. Par contre, il a produit il y a une vingtaine d'années des œuvres d'une bonne facture comme la Reine de Saba parmi d'autres. C'est cette série de chansons qui ont accompagné mon bain princier. Coup d’œil à ma princesse de cœur. Je m'en suis gracieusement régalé. Vers la fin, bien entendu je me suis remis à mon éternel et incontournable Bella-Bella de Houleux-Houleux et Kukulu Cache-Cache. Ne dit-on pas que chacun cache au fond de lui un péché presque originel. Avec BB, la joie a atteint le comble; et j'étais de bonne humeur en dépit des péripéties et aléas de la vie. Tout de suite après, j'ai eu honte de moi-même. Comment pouvais-je me permettre un tel relâchement au moment où des personnes chères, une spécialement, souffrent de maladie? Ma Fleur de Cactus; ma MF sait que je ne suis pas du tout méchant et qu'il est parfois agréable de se permettre d'inoffensives excentricités. Coucou là où te trouves en ce moment où j'écris ces lignes:
Le temps change les hommes. Si c'est vrai pour les autres, cela ne l'est pas pour moi. Chassez le naturel, il revient au galop. Cet adage par contre fonctionne pour moi. Je reste qui j'ai été et qui je suis. Louis Lavelle ne dirait pas mieux. Une version de "Kumisa nga" de Soki Vangu inspire en ce moment l'écriture de cette entrée. J'écoute l'accompagnement magique de Lafire qui  m'evoûte. Il est 1h31. "Bokilo mambu ikele ve." Mu me kwe lala, beno bika mbote. 

6 Feb 2019

Meurtrier à 18 ans

Que sera la vie de cet enfant triple meurtrier à cet âge? Comment en est-il arrivé là? Comment cela a-t-il pu se passer? Des questions sans réponses qui reflètent l'image de la société actuelle. Oui tout enfant représente un meurtrier potentiel s'il n'est pas pris en charge par la communauté sous quelque forme que ce soit. Tout le monde a sa réponse à ces questions. 
Conscience mal formée, danger extrémiste, exposition exagérée à la violence, éloge du crime, exploitation idéologique, irresponsabilité des éducateurs, propension naturelle ou disposition génétique à l'homicide, etc. Toutes les théories sont sollicitées pour expliquer l'incompréhensible et l'inconcevable. Pour beaucoup copme dans tous les cas de dérives de la jeunesse, la faute est versée au compte de la crise économique, de la politique sociale et du chômage ambiant. Tout cela y contribue certes, mais le crime est individuel. Rien de tout cela ne suffit pour expliquer ni justifier l'action de ce triple meurtrier à peine âgé de 18 ans. De tuer froidement sa propre mère fait de lui un exécrable matricide d'une monstruosité indescriptible. C'est à se demander s'il dispose encore de toutes ses facultés sensorielles et émotionnelles. Malade mental? Donc excusable et acceptable? Que non! Jamais je ne souscrirai à cette imposture des laboratoires de crimes. J'ai dit pour aujourd'hui. 

2 Feb 2019

La jeunesse n'a plus de modèles

Depuis des années j'entends dire que la jeunesse n'a plus de modèles, qu'il y a crise de valeurs, que tout va pour le pire. Y a-t-il jamais eu une époque qui ne soit de crise? Lorsque jeune séminariste je commençais la section latin-philosophie, on me rabattait les oreilles avec l'excellence de la section gréco-latine, offerte à la génération de nos aînés. On nous croyais sacrifiés alors même que nous étions admirés pour la perfection de notre conduite, de notre bonne éducation et de notre maîtrise de la langue française. On dirait que chaque génération trouve des failles dans la génération qui la suit. Loi de la nature pour se valoriser soi-mémé. "Si la jeunesse actuelle est encline au crime, à la drogue, au viol, au vol, à la violence, c'est parce qu'elle manque de modèles à imiter", entend-on dire par ci par là.
1. Crise de modèles. Comment voulez-vous qu'on admire un voleur et un pilleur des recettes publiques? La crise s'enlise dans la société parce qu'elle est incapable d'élever sa voix contre ces individus puissants qui la conduisent tant bien que mal au gré de leur pouvoir et de leurs ambitions. Les bandits de grand chemin, les malfrats sans scrupules, les tueurs en séries ont désormais remplacé les saints hommes, les moralistes, les héros épiques des légendes, les sages, les défenseurs de droits humains, qui ont longtemps servi de références vivantes. Les témoignages négatifs et les mauvais exemples exhibés par ces héros de la d'échéance ne représentent aucun obstacle pour l’élévation de ces scélérats à l'échelle du pouvoir ou de la puissance financière. Comme quoi la malhonnêteté est récompensée, tandis que la bonne action est méprisée. La crise de modèles consiste justement en cette incertitude éthique, en cette confusion volontairement maintenue entre les moyens d'atteindre les objectifs qu'on s'assigne.  
2. Prolifération de modèles et de valeurs contradictoires. Il y a tellement de modèles et de valeurs qu'il est difficile d'orienter la jeunesse et la société dans un sens comme dans un autre. Tellement des religions du réveil et de second baptême, tellement des sciences occultes et de Graal initiatiques qu'il est presque impossible de trouver la bonne direction. Les églises traditionnelles n'ayant plus voix au chapitre ne sont ni écoutées ni suivies. Elles se contentent d'assurer les statistiques plutôt que de viser un impact sur la société. Elles s'inscrivent souvent en faux face aux problèmes actuels concernant la pédophilie, l'homosexualité, le mariage uni, la contraception, la condamnation à mort, etc. Ce qui les affaiblit politiquement et socialement. Et même dans leurs engagements politiques, elles se situent du côté de l'opposition au lieu de prendre la mesure exacte et réaliste des enjeux du jour. Au résultat, la vie continue sans elles, sommées de se retrancher dans leurs rôles de guide spirituels et moraux. D'autre part, des extrémistes religieux peaufinent les moyens de tuer massivement d'innocents pour la cause de leur guerre sainte. On ne sait plus où se sépare le bien du mal, le spirituel du politique, la prière de la violence. Et bien entendu, dans ces conditions, la jeunesse devient la victime de ces désordres, elle subit gravement les conséquences néfastes de ces déchéances sociales, morales et religieuses. Que le monde semble au fond du trou ne doit jamais soustraire l'espoir sans lequel il ne saurait tenir. 
3. Eloge de la violence. Un groupe religieux qui recourt à la violence perd automatiquement son statut d'agent de paix. Pousser la jeunesse à tuer des paisibles passages dans des avions, sur des places publiques et des marchés, constitue déjà un acte criminel à dénoncer. Le recrutement de ces jeunes invités à l'extrémisme est si sophistiqué que les parents n'ont plus d'emprise sur les activités de leurs enfants. Pour ces groupes en lutte contre les païens et les membres d'autres communautés religieuses, la violence criminelle forme le maître-mot pour changer la face du monde. Allez-y voir comment l'amour divin va avec le crime du sang humain. 
La jeunesse a bien des modèles, mais des faux. Ceux des BD et des cinémas, ceux de la rue et la religion radicale. Ceux de la drogue, du crime et de l'insécurité. Ceux des loteries, des maisons de prostitution et des multinationales d'armes. Ceux de l'argent facile, extorqué et du crime financier. Que le voleur ne soit pas adulé au détriment de l'homme honnête. Que le tueur n'échappe pas à la prison et que justice soit adéquatement rendue à toute personne. Il est temps d'inverser la roue et que la jeunesse se reprenne en main sous le guide de la bonne conscience. 

Meutrier à 18 ans

L'histoire de Romario Roach interpelle toute société et tout parent. 18 ans et triple meurtrier. Il tue sa mère, un homme inconnu et une professeure de l'université. Le jugement n'est pas encore intervenu: on dira que c'est un enfant déséquilibré, un malade mental. Est-ce pour atténuer le crime ou lui accorder quelque bénéfice du doute? Aucun jugement raisonnable ne tient à ce niveau. 
1. Conscience de meurtrier? Quelle conscience un enfant ou un homme de 18 ans a-t-il de son crime? Il serait plus correct de se demander si cet homicide possède encore toutes ses facultés, s'il pourrait encore revenir en arrière, au droit chemin. Je le crois condamné. Je crois que le crime fait désormais partie de son être et qu'il ne s'en débarrassera jamais, ou presque jamais. C'est le cas d'une conscience mal formée: à ce stage il n'est plus en mesure de reconnaître la gravité de son délit. Le cap du non-retour est franchi, dépassé. Tout est à cet instant de passage entre le normal et l'anormal, entre la culpabilité et l'indifférence à la faute ou l'inconscience du mal. Franchir le pas est à mon avis l'événement fatal: un enfant criminel à 18 ans est un horrible danger public qu'il faut maîtriser au plus tôt et éloigner des autres. Le tout est de savoir comment il en est arrivé là. Des causes endogènes et extérieures sont à prendre en considération. Et chaque cas est unique, malgré la similarité des motivations. Chaque criminel a une histoire personnelle, son histoire.
 2. "Dieu merci, que sa mère est décédée avant même de se rendre compte des crimes de son fils" Ainsi s'est exclamée Mama Mapasa lorsqu'elle a entendu cette histoire de crimes en série. Erreur, me suis-je dit. Elle aurait assisté impuissante à la d'échéance morale et sociale de son fils, à son grand dam. La mère aurait  sans doute honte eu de son fils criminel, mais si elle avait vécu, elle aurait été peut-être la seule personne capable de redresser la barre éducationnelle du meurtrier. Peut-être le contraire, qui sait? Nous vivons dans une société en constante mutation dans laquelle les changements des valeurs sont fréquents, rapides, et insolites. Des choses jadis sacrilèges sont promues au rang de valeurs aujourd'hui. L'animalité devient on dirait la norme. Des enfants lisent des livres de crimes, voient des films dangereux, pornographiques, s'habituent à la violence et à l'usage des armes dans un environnement qui leur permet de suivre cette voie. Comment voulez-vous qu'ils ne passent pas à l'acte, qu'ils ne pratiquent pas dans la réalité ce dont leur imaginaire est quotidiennement nourri. Le crime, le vol, l'assassinat, le viol, la drogue, la violence font partie de leur environnement immédiat. Peu de chance qu'ils s'en sortent sans y toucher ni goûter. Le héros n'est plus le père ni la mère, mais le bandit ou la prostituée du coin de la rue, le protagoniste du film à la mode projeté dans les cinémas de la ville, ou le meneur du gang dans laquelle l'enfant est incorporé contre sa volonté. 
3. Quelle société à venir? La Barbade, pays réputé modèle en termes de sécurité et d'éducation, risque de ne plus être la havre de la paix et des vacances caribéennes. Le modèle américain y est pour beaucoup à mon avis. L'école perd de plus en plus son rôle de lieu de formation humaine pour devenir une arène de carrières. On ne forme plus l'enfant à la vie, mais à une carrière miroitant l'acquisition de l'argent, la réussite professionnelle sans forcément insister sur les valeurs religieuses, morales et sociales qui guident la société. Ce qui s'entend ailleurs - en Amérique - commence à se vivre et voir ici. A une échelle réduite peut-être mais significative, ce pays se trouve à un tournant décisif. A l'autorité politique, aux éducateurs, aux animateurs sociaux et religieux de prendre les choses en main pour essayer d'endiguer ce qui pourrait encore l'être. Une remise en question des modèles traditionnels doit constituer le point de base de la réforme éthique à entreprendre dans la société, si l'on tient à gagner le pari de la violence criminelle et meurtrière.
4. Ce triple meurtrier de 18 ans est représentatif de la nouvelle société, impliquant les risques d'une société à la dérive qui perd ses repères. Cet homme ou cet enfant est le résultat visible d'un malaise plus profond dans la crise qui frappe la société moderne. Il n'est pas seul. Il ne serait pas pessimiste ni faux de dire que dans ces conditions se cache dans chaque enfant un potentiel criminel si l'on n'y prend garde. L'heure est donc à la vigilance, à une rééducation complète de la société et à la conscientisation de la population face aux ravages du crime et de la violence. Des monstres en devenir!

1 Feb 2019

The Murder of Dr Sutrina (Barbados Today)


Included is a picture of 18-yer-old murder accused Romario Antonio Roach, of River Bay, St Lucy who is charged with the unnatural deaths of three people – two women and a man.
The teenager is accused of murdering his mother, Joann Roach, 38, of the same address, whose partially decomposed body was discovered in a watercourse in the same area on Monday, January 21.The teen is further charged with the unnatural death of Dr Sarah Sutrina, 68, of No. 124 Wanstead Gardens, St James whose mutilated body was discovered on Tuesday, January 22, at Ocean Estate Northumberland, St Lucy.It is also alleged that Roach murdered Tyrone Austin, 68, of Free Hill, Black Rock, St Michael. Austin’s lifeless body was discovered in a bushy area at Wanstead Gardens, St James on December 18, 2018.The accused teen appeared in the Holetown Magistrates’ Court on Thursday, January 31 before Magistrate Wanda Blair and was remanded until February 28. Before that he will appear in the District ‘A’ Magistrates’ on February 6.