31 Dec 2012

2012, quelle année!


Quelle année! Quelle horreur! 2012 restera dans ma mémoire comme une année de malheur. J'ai perdu ma mère, celle qui m'a bercé, alaité, nourri, élevé sprirituellement et moralement. Mama wenda kwandi. Je la crois pourtant toujours vivante. Je l'avais vaguement pressentie, cette mort; j'avais écris début janvier 2012 que l'année présageait quelque dure épreuve, que quelque malheur allait arriver. Mais je ne savais pas que les choses allaient si vite se déteriorer. Maman est décédée debout, sans coma ni avertissement quelconque. Pendant que j'écris ce message, la petite Chrsystelle son homonyme est sortie du sommeil et demande de l'eau. Il est 22h43. Preuve que Maman Christine n'est pas morte. Oui, maman est éternellement vivante dans mon coeur. Elle y restera jusqu'à mon dernier souffle. Promis! Paix à ton âme, Ngudia Kahiudi. 

26 Dec 2012

Père Noël et mythe de fin du monde


- Quelle différence y a-t-il entre le Père Noël et le mythe de la fin du monde?
- C'est que le premier vient, dépose les cadeaux dans la nuit et disparaît. La fin du monde, on l'attend, mais elle ne vient jamais.
- Cela signifie-t-il que le Père Noël est réel et que la fin du monde ne l'est pas?
- Oui, on voit le Père Noël. On a annoncé la fin du monde pour le 21 décembre, elle n'est pas venue; nous sommes encore en vie; c'est un mythe.
- Qu'appelles-tu mythe?
- Simplement ce qu'on ne voit pas.

Ma fille qui a suivi la conversation s'interpose:
- Papa, pourquoi tous les Santa (Père Noël) sont des Blancs?
- C'est les Blancs qui l'ont créé.
- Pas Dieu?
- Ah, je vois. L'idée de Santa qui donne des cadeaux est venue des Blancs. Dieu a créé tous les hommes.
- Santa aussi?
- Oui, ma fille. Dieu a créé Santa aussi
- J'ai peur de Santa.
- Mais il t'a apporté des cadeaux
- Sa barbe me fait peur. Ses lunettes aussi.

25 Dec 2012

Season's Greetings


Lubutuku ya Yezu ti mvula ya mpa ya mbote na beno yonso!
Lubutuku lwa Yezu ye mvula ya pha ya kitoku benu bosu!
Mbotama ya Yezu mpe mobu molamu mwa sika na bino banso!
Joyeuses Fêtes de Noël et de Nouvel An à toutes et à tous!
A Merry Christmas and a Happy New Year to everybody!
Auguri di Buon Natale e di Felice Anno Nuovo a tutti!
Allen eine Frohe Weihnachtsfeier and ein gesegnetes Neues Jahr!

Claver-e & Chrystelle, 25.12.2012

22 Dec 2012

Savais-tu?

(Ci-dessous un extrait d'un message reçu d'une journaliste suisse, ancienne condisciple)

"Claver,
(...)
Savais-tu que ton pays, la RDC, est l'un des plus exploités au monde? Vos richesses ne servent que les étrangers et quelques traitres qui se contentent de miettes en millions.
Savais-tu que ton pays, la RDC, est l'un des plus humiliés? Personne ne vous prend au sérieux.
Savais-tu que vous n'avez pas de pouvoir ni d'armée? Regarde ce qui se passe à Goma. Comment permettez-vous que des étrangers vous menacent dans votre propre pays sans répliquer ni vous défendre? Votre pays en réalité n'existe pas.
Savais-tu que vos maîtres sont désormais les Rwandais et les Ougandais qui vous ont aidés à vous débarrasser du moribond Mobutu avant d'installer les régimes Kabila? L'Occident les soutient sans réserve.
Savais-tu que les Rwandais sont intouchables, plus puissants que les Congolais? Leur élection au Conseil de Sécurité en est une preuve.
Savais-tu que le M23 est une émanation directe de l'AFDL, du RCD, du CNDP qui contre vents et marées règnent sur la RDC? Votre gouvernement, infiltré jusqu'au sommet, agit de connivence avec eux car rien de bon ne sortira de Kampala; c'est une perte de temps.
Savais-tu que la RDC n'existera plus dans sa forme actuelle dans vingt ans? Je ne suis pas une prophètesse, mais tout le laisse croire. Vu depuis la Suisse, le destin de la RDC vous échappe complètement.

(GF, décembre 2012)

18 Dec 2012

Analyse de Boniface Musavuli

"RD CONGO, entre humiliation d'un peuple, détresse politique et leçons de l'histoire

Il suffit pourtant de taper dans le portail de Google « Congo massacres », puis de cliquer sur « images[1] » pour ouvrir juste une lorgnette sur la pire campagne d'extermination des populations au monde depuis la Shoah. Mais tout le monde se tait, du moins ceux qui sont censés parler de la barbarie et des violations des droits de l'Homme dans le monde. En Europe, les politiques, les journalistes, les intellectuels ne parlent que de la Syrie et de l'Iran, passant sous silence – hallucinant – le génocide en cours au Congo. Les gouvernements sont au courant. Les ONG les alertent, comme récemment avec cette lettre de 15 ONG au Président Obama. Mais ils se taisent ou se contentent de quelques réponses çà et là, juste pour la forme. L'humiliation Au Congo, le moral est au plus bas. Un profond sentiment d'humiliation ronge les esprits suite à l'affaire du M23, la milice tutsie soutenue par le Rwanda et l'Ouganda qui s'est emparée de la ville de Goma, capitale de la province riche en coltan du Nord-Kivu, le 20 novembre 2012. L'attaque a provoqué l'exode des populations et une catastrophe humanitaire, en plus des dizaines de Congolais tués. Leurs corps jonchaient les routes que femmes et enfants, chargés de bagages, arpentaient dans leur fuite devant l'avancée des troupes d'agression. Puisque, justement, le M23 n'est qu'une façade, c'est le visage du Rwanda qui est revenu dans la mémoire collective. Le Congo à nouveau battu par le Rwanda, un pays 90 fois plus petit qui, aidé par les pays occidentaux, mène au Congo des guerres répétées de pillage, de massacres et de viols. Des guerres sales mais dont tout indique qu'elles vont se poursuivre, les autorités congolaises étant infiniment impuissantes. Le régime de Joseph Kabila, mis en place par les armées rwandaises et ougandaises, est associé aux responsables des humiliations subies par les Congolais. Etc."
(Source:  http://fr.news.yahoo.com/rd-congo-entre-humiliation-dun-peuple-détresse-politique-083135845.html)

De telles réflexions qui n'engagent que son auteur font toutes frémir, inquiètent tout Congolais qui aime son pays. Pourquoi cette impasse? Sommes-nous vraiment maudits ou destinés à disparaître de la carte? Le mal est plus profond, il a commencé bien avant l'indépendance.

15 Dec 2012

26 (28) innocentes victimes du massacre d'un fou

14 décembre 2012. Newtown, Conncetictut. Le monde entier a été choqué par la tuerie de 20 enfants et 6 adultes dans une école du Connectitut aux Etats-Unis: ''Charlotte, Jack, Noah ou encore Grace, ils étaient 12 filles et huit garçons, tous morts sous les balles d'Adam Lanza, comme six femmes également présentes à l'école Sandy Hook.'' (http://fr.news.yahoo.com/obama-va-se-rendre-aupr%C3%A8s-des-familles-des-090910117.html) Même l'homme le plus puissant du monde n'a pas pu maîtriser ses larmes. Paix aux âmes de ces victimes innocentes de la folie humaine! Un tel carnage inquiète, surprend, révolte devant l'impuissance de l'homme à assurer sa vie. Prions donc pour ces pauvres âmes et leurs instructeurs qui n'ont eu que le malheur de se trouver sur le chemin de l'écervelé.
 
 
 

Le monde et la violence

1. Puissances du monde. Plus le monde devient civilisé, plus on affûte les moyens de tuer. Bombes, grenades, fusils, machettes, baïonnettes, navires de guerre, avions bombardiers, revolvers, couteaux, kalatschnikov, sous-marins, armes nucléaires, javelots, épées, etc. L'ironie veut que le pays qui en détient le plus soit classé le plus puissant du monde. Plus atrocement on peut causer la mort, plus glorieux on devient aux yeux du monde aveugle obnubilé par la violence. En fait, nous sommes dans un monde violent, très violent. C'est l'arme qui parle, plus que la voix. Seule la violence soutenue par l'arme donne droit et accès aux tribunes de décisions du monde.
2. L'arme a justifié les conquêtes, la colonisation, la traite esclavagiste comme l'impérialisme. Elle donne droit au veto à l'ONU, l'institution réputée être chargée de maintenir la paix. C'est pourquoi, je dis aux Congolais, défendons notre terre arme à la main. Personne d'autre ne le fera à notre place. Ne rêvons pas. Le Nord-Kivu ne nous appartient plus que de nom parce qu'en réalité le Rwanda l'a déjà annexé. Ils sont en train d'amasser leurs troupes autour de Goma. Ils nient tout en bloc, mais ils sont le M23. Les récents lapsus de Ban Ki Moon ou Cohen, voire l'erreur des Hollandais de traiter directement avec le Nord-Kivu, sont des signes très pertinents. Les pourparlers de Kampala ne sont qu'un paravent maladroit des intentions réelles de nos voisins. Je me demande comment nos gouvernants ont accepté d'aller négocier à Kampala. Un signe évident de faiblesse? L'Ouganda et le Rwanda sont précisément ces pays qui causent le plus de troubles à notre pays, donc pas du tout neutres ni qualifiés pour assurer une médiation. Au fait, quel est l'objet de ces pourparlers? L'agenda caché du M23 ne prévoit que l'annexion du Nord-Kivu au Rwanda, poussant à faire éclater la répartition territoriale jadis décidée à Berlin.
3. J'ai vécu près de treize ans en Suisse. Un pays réputé pacifique qui abrite les instances de l'ONU et qui sert souvent de médiation entre des états. Ce pays qui a longtemps servi de banque pour des dictateurs et des nantis sans vergogne est aussi, proportionnellement, l'un des plus armés du monde. A deux reprises, j'ai trouvé, surpris et stupéfait, des fusils dans des maisons que j'ai habitées. Pas de quoi s'étonner! En Suisse, tout le monde est soldat. Et en tant que tel, chaque soldat garde son arme à la maison. On prétend que c'est l'armée la plus facilement mobilisable au monde; croyez-y si vous voulez. Là n'est pas mon problème. Je parle en termes de dissémination d'armes. Bien qu'il y ait de temps en temps des accidents malencontreux, nul ne croira que la Suisse est un pays violent. C'est au contraire un pays sûr, calme, paisible, même si des milliards d'argent de la drogue et du crime y sont blanchis chaque année. Un ami congolais est devenu tireur d'élite simplement parce qu'il s'est retrouvé dans un village suisse où le sport favori était le tir à l'arme. Mais pourquoi n'y a-t-il pas en Suisse de meurtres d'une aussi grande envergure qu'aux Etats-Unis? L'éducation de base. Il y a en Suisse un sens du respect de la vie qui, selon ce qu'on voit ou entend, tient peu aux Etats-Unis.
4. Le port d'armes doit être contrôlé par une solide législation préventive et sécuritaire. En Suisse comme aux Etats-Unis, on peut acquérir des armes avec autant de facilité qu'on achète une bouteille de vin en France. Ce n'est pas l'arme qui tue, c'est l'homme. Donc c'est l'homme qu'il faudrait former, éduquer, conscientiser. Un enfant de quinze ans armé jusqu'aux dents équivaut à un régiment sans commandant, à un criminel qui assassine aveuglément tout ce qui bouge. Je l'ai déjà écrit.
  

12 Dec 2012

12/12/12

12/12/12 à 12h12. Je lis un article sur la fin du monde selon le calendrier maya. C'est prévu pour le 21/12/12. 21 est un 12 inversé. La prochaine fois, ce sera au siècle prochain. Vous et moi serons morts, "au ciel ou en enfer". Mythe ou réalité, à chacun sa croyance.
Très jeune déjà, je me suis intéressé aux mythes anciens comme contemporains. L'élément déclencheur fut une conversation que j'eus en août 69 à Mutoni avec mon père sur la sorcellerie. Les ngongo-diongo, les kafhumvudi-khengedi, les mifu ou bafu, tous ces êtres extraordinaires dont on avait nourri mon enfance, ont été systématiquement démolis et démantelés de mon univers intérieur. J'ai dès lors compris que le monde dans lequel on vivait se tissait de faux-semblant, d'imaginaire, d'illusion et de rêve. Je me suis créé une logique personnelle qui, jusqu'à ce jour, fonctionne comme la toile de fond de mes convictions intérieures. Je ne suis pas du tout un illuminé, loin de là. J'ai quelques valeurs indéboulonnables sur lesquelles reposent ma vie, ma foi, mes actions. C'est cela qui constitue mon moi.
12/12/12 sera la fin du monde. Réalité: un monde meurt, un autre naît. C'est le cycle réversible du mythe, la réalité du mythe. Chaque idéologie, chaque religion, chaque race, chaque peuple possède ses "mythes". Ce n'est pas nouveau! 

10 Dec 2012

Ida Alama in memoriam

10 décembre 2012. Avec une profonde douleur, nous venons d'apprendre la mort subite hier à Kinshasa d'Ida Alama. Que son âme repose!
Nous en sommes d'autant plus émus qu'elle nous a rendu visite à plusieurs reprises lors de notre dernier séjour à Kinshasa. Une dame si jeune, charmante, généreuse, digne et réservée. J'ai vu Ida pour la dernière fois à la veillée mortuaire de ma mère le soir du 31 août. Ensemble, nous avons dit au revoir à Maman, mais voilà qu'elle meurt sans que j'aie eu l'occasion de lui dire au revoir. Il  était question il y a une semaine qu'on fasse une commande d'habits africains chez elle. Tout en présentant nos condoléances à sa famille biologique, nous nous unissons de coeur à la prière et aux pleurs de  tous ceux et celles que touche cette perte. Clavère est inconsolable.
Kwenda mbote, Ida! Luzolo ya Mfumu Nzambi kusalama, ya beto ve!

Au nom de la famille Claver-e Mabana

7 Dec 2012

DRC - Banana Plantation

"Congo is like banana plantation without an owner" - Yoweri Museveni, July 2012

Whether marked by a colonial pen or the administration of a chief, border zones are sites of exchange, and attempts at subversion. In 1997, academic Mahmood Mamdani identified two tendencies in the Kivu conflicts: militarism and the tendency for all organised politics to take the form of armed politics.


Source: http://thinkafricapress.com/drc/unreported-invisible-frontline-north-kivu






6 Dec 2012

Opinion d'un lecteur anonyme

"Claver,

J'ai lu tes prises de position sur la situation à l'est du pays depuis un certain temps. Je les trouve parfois très tranchées bien que l'on soit des fois obligé d'accepter des concessions. Tu prétends ne pas être politologue mais tes analyses, généralement judicieuses et critiques, ouvrent des horizons sur le débat en cours parfois mieux que ne saurait le faire un politologue attitré. Je suis d'accord avec toi sur certains points. Notamment qu'il fallait chasser le M23 armes à la main. La conséquence directe du fait que le M23 est entré sans résistance à Goma et en est sorti de la même façon est que ce groupe a acquis une position irréfutable de force, et même une reconnaissance internationale. Les autorités de la RDC auraient dû éviter cette situation humiliante de faiblesse. Les voilà aujourd'hui obligées de négocier avec les rébelles... et sans aucun doute de se soumettre aux revendications de ces malfrats. Comme le RCD à l'époque, le CNDP après, ces terroristes mettent le gouvernement de Kinshasa à genou, exigent un traitement spécial et posent des conditions à leur intégration dans l'armée nationale alors qu'il est clair aux yeux de tous qu'ils roulent pour des intérêts étrangers. Pour moi, ce ne sont même pas des Congolais et ils veulent assurer la balkanisation de ce pays.
Ces gens du M23 doivent avant tout prouver leur nationalité congolaise car il paraît qu'un bon nombre ne parlent que le kinyarwanda. Opération impossible dans un état qui ne contrôle pas ses frontières ou incontrôlable à ses frontières. Lorsqu'on parle des Congolais exilés en Ouganda, Tanzanie, au Rwanda ou au Burundi, qui doivent retourner en RDC, rien ne prouve que ce seront des Congolais qui rentrent et pas des Ougandais, des Tanzaniens, des Rwandais et des Burundais pour mieux occuper le pays. La RDC n'a pas la stature d'un état moderne du moment qu'elle ne dresse aucun recensement crédible de sa population. Ce qui explique la présence de  nombreux "citoyens" à la nationalité douteuse. La Constitution donne certes des critères de nationalité ou de naturalisation, mais qui les applique?
Je suis très inquiet pour l'avenir de ce pays qui ne réussit pas à se débarrasser, à tous les niveaux, de l'emprise des étrangers. Ce pays ne nous appartient plus, nous l'avons perdu. A l'allure où vont les choses, je ne vois pas comment on s'en sortira. Nos dirigeants, autoritaires et beaux parleurs à l'intérieur du pays, ne convainquent pas de leur efficacité dans les assises internationales. On ne négocie pas avec les bandits, les ravisseurs, les violeurs, les envahisseurs à moins de légitimer leurs forfaits.
Telles sont les réflexions que je voulais partager aujourd'hui avec toi."


Merci de tout coeur: mes autres lecteurs apprécieront.
C



5 Dec 2012

"Appartenez-vous à une minorité?"

En remplissant un formulaire, j'ai été surpris par une question me demandant si j'appartenais à une minorité: "Appartenez-vous à une minorité?  Si oui, laquelle?" Sans autre précision. D'habitude, la curiosité des décideurs s'évertue à demander: religion, race, handicap, quer ou cross, profession, végétarien, santé, maladie, casier judiciaire, et que sais-je encore. On prétend que c'est "pour votre sécurité, pour aider à convaincre de la pertinence de votre dossier." Tout dépend de ce qu'on entend par ce vocable polysémique et chargé de connotations discriminatoires. Etre de race noire, est-ce être minoritaire? Cela dépend de lieu. En Occident, oui peut-être. Aux Etats-Unis, oui. Mais pas en Afrique. Or justement, dans le monde des formulaires, c'est celui qui détient le pouvoir qui fixe la définition de la minorité. Comme le formulaire venait d'Europe, j'ai spontanément écrit, oui. Puis, j'ai effacé car je venais par là de faire, contre mon gré, de l'Occidental l'homme le plus puissant du monde et de lui léguer la détermination de mon destin. Or, c'est justement contre de tels mythes que je mène ma lutte identitaire. Ma réponse a été, après réflexion, NON. J'affirme avec force ma personnalité. Je refuse toute catégorisation, tout genre de classement qui m'enforme dans un ghetto. Comme disait Tchicaya à peu près: "Je suis homme, je suis nègre. Pourquoi cela prend-il le sens d'une déception?". L'idée est là, mais je corrigerai la citation si elle se révèle incorrecte. Je tiens à être un homme à part entière, quelque puissantes que soient les pesanteurs culturelles et hégémoniques qui dirigent le monde dans lequel je vis. Je refuse, je n'appartiens à aucune minorité et ne voudrais bénéficier d'aucun traitement spécial, autre que celui que subissent "humblement et courageusement" les gens de mon pays, de ma race, de ma religion, de mes choix idéologiques ou culturels.

4 Dec 2012

Satan, c'est le frère de Jésus?

Cette fois-ci, et comme presque toujours, c'est encore ma fille Madeleine-Chrystelle qui pose cette question:
- Papa, Satan c'est le frère de Jésus quand il était bébé? Réponds, Papa. Il était bon comme enfant, puis il est devenu mauvais quand il est devenu adulte?
Curieusement, je suis resté très pensif et coi. J'ai surtout repensé à mes instructions de catéchisme plutôt qu'aux dogmes reçus lors de ma formation théologique. Je me suis contenté de lui dire que Jésus n'avait pas de frère; qu'il était fils unique et n'avait pas de frère biologique. D'où proviennent de telles questions chez un enfant de six ans?

3 Dec 2012

Le Kivu à coup de pioches

3 décembre 2012. J'ai lu avec intérêt les analyses de Kä Mana, écrivain, philosophe et théologien, et Thierry Nlandu Mayamba, dramaturge et professeur à l'Unikin. . Le premier raconte depuis Goma son récit de la prise de Goma; le second analyse avec perspicacité les scénarios mis en exergue par les accords avec le M23. J'ai eu le privilège de connaître ces deux éminents intellectuels congolais il y a quelque trente ans alors qu'ils peaufinaient encore leur formation. Ce qui m'intéresse dans leurs démarches, ce n'est pas tant ce qu'ils déclarent que le reçours à l'imaginaire dans leur herméneutique de la crise de Goma. Le pasteur Kä Mana s'inspire de La Plaisanterie de Milan Kundera et le metteur en scène Nlandu Mayamba étale sa maîtrise parfaite des portables. Et les deux arrivent pratiquement à des résultats ou conclusions semblables. Leurs lectures montrent à quel point les acteurs politiques, à quelque niveau que ce soit, jouent la "comédie humaine" comme aurait dit Balzac. Où est le souverain primaire dans tout cela? Pour les deux hommes de lettres, Goma et le Kivu Nord ou Sud subissent un destin à coup de pioches. Leurs essais constituent une tentative érudite d'amener nos compatriotes à réfléchir sur l'essence de leur nation, s'il en est une, et d'évaluer les méfaits d'une impasse "rationnelle" au sein de cette même nation. Le pouvoir des conducteurs d'hommes n'a de sens que lorsqu'il réussit à canaliser les aspirations profondes du peuple; il devient criminel et irresponsable dès qu'il s'éloigne de sa vocation première. Cette vérité-là prime sur les farces-sinistres des politiciens en cravate ou des militaires bottés.

(Articles lus: Kä Mana: "Comment j'ai vécu la prise de Goma et les questions qu'elles nous posent maintenant": http://www.pole-institute.org/site%20web/echos/echo181.htm
Th. Nlandu Mayamba: M23: "Rébellion de façade et d'un cynisme qui interpellent les Congolais"

Sur la route et à l'école ce matin...

3 décembre 2012. Aujourd'hui, Madeleine Chrystelle Ibangu et Claver Jr Mukawa célèbrent leur 6è anniversaire de naissance. Ils se sont réveillés en pleine forme, gais, heureux, motivés et surtout pressés d'aller rejoindre leurs amis à l'école. Sur la route, ils ont soulevé beaucoup de questions concernant la vie, l'école, leurs parents, leurs grands-parents, Jésus. Ils ont chanté: "I love you Jesus", "God is big, and strong and mighty", etc. Arrivés au niveau d'un feu rouge, Chrystelle demande à sa maman:
- Maman, nous allons changer de classe aujourd'hui?
- Non, répond la maman. Vous avez 6 ans à partir d'aujourd'hui, c'est votre anniversaire.
- Pourquoi ne changeons-nous pas de classe alors?
Pour la petite histoire, à la maison, Chrystelle a écrit les noms de ses neuf condisciples filles sur les paquets de cadeaux-jouets leur destinés. Claver n'en a écrit que deux sur les quatorze garçons que compte son groupe. Ainsi, à l'arrivée, Chrystelle a tout de suite été entourée de ses amies à tel point qu'une enseignante a dit: "Everybody speak of Madeleine's birthday although she is a twin. Almost nobody speaks of Claver." C'était oublier que Claver est un garçon de six ans, peu intéressé à ces petits détails. Pour lui, c'est d'abord lui, puis les autres. Il a quand même eu Terrence et un autre autour de lui.
La classe leur organisera une petite fête, trente minutes avant la fin des cours. C'est la règle de l'école qui veut ça.

Joyeux Anniversaire, Ibangu et Mukawa! Puisse le Bon Dieu vous accorder paix et joie, santé et longue vie, succès et bonheur!

Joyeux 6è Anniversaire Ibangu!

Today is Your Birthday! A Birthday Wish From Shebamiles!!‏


Happy Birthday!! MS. MADELEINE CHRYSTELLE I. MABANA

The ShebaMiles Team
00036227483
The ShebaMiles Team
Customer Loyalty Department
Ethiopian Airlines, Ethiopian Airports Ent. Building, Ground Floor, Addis Ababa, Ethiopia
Tel: +251-11-896-1321/23 Cell: Fax: + 251-11- 661- 1474
ShebaCommunication@ethiopianairlines.com, http://www.ethiopianairlines.com/











Joyeux 6è Anniversaire Mukawa!

Today is Your Birthday! A Birthday Wish From Shebamiles!

Happy Birthday!! MR. CLAVER MUKAWA MABANA

The ShebaMiles Team
00036227461
The ShebaMiles Team
Customer Loyalty Department
Ethiopian Airlines, Ethiopian Airports Ent. Building, Ground Floor, Addis Ababa, Ethiopia
Tel: +251-11-896-1321/23 Cell: Fax: + 251-11- 661- 1474
ShebaCommunication@ethiopianairlines.com, http://www.ethiopianairlines.com/





1 Dec 2012

Goma entre paix et terreur


Les rebelles du M23 quittent Goma et promettent de revenir si on les provoque.

A voir cette photo et le titre de l'article, on ne peut que se poser des questions.
1. Les rebelles quittent Goma, pour aller ou? Assurément dans une zone (Rutshuru) qu'ils contrôlent. Dans une zone tampon à une vingtaine de kilomètres. Conclusion: La RDC n'est pas entièrement administrée par le gouvernement de Kinshasa.
2. Qui sont-ils au juste? S'ils sont congolais et contestent le pouvoir de Kabila, pourquoi sont-ils appuyés par les Rwandais? En réalité, ils ne sont pas "congolais" et les intérêts congolais ne motivent nullement leur action. Manipulés et armés par des voisins prédateurs et rapaces, ils suivent la voix de leurs maîtres.
3. Ils maintienent Goma entre la paix et la terreur. En réalité dans la terreur. Qui sont-ils pour menacer d'y revenir comme si c'était une "passoir"? Arrogance, méprise et volonté affichée d'humilier la RDC qui ne sont pas sans:rappeler l'attitude condescandante de Paul Kagamé.
4. Cette photo  une preuve tangible de la faiblesse du pouvoir de Kinshasa sur la scène internationale. En principe, plutôt que de les laisser partir, l'armée de la RDC devrait arrêter ces malfrats et les soumettre au jugement pour offense à l'intégrité territoriale du pays, actes de violence et de terreur contre des personnes innocentes, trahison, pillages, etc. L'impunité est définitivement consacrée.
5. La paix a encore un très long chemin à traverser pour atteindre le Congo. Ce qui s'est passé à Goma pourra se répéter, si l'on n'y prend garde, à Bukavu, Uvira, et sur toute la frontière ougandaise où la LRA continue tranquillement sa croisière. Quel bordel! Quelle humiliation pour nous!