30 Mar 2014

La SVD AFRAM copie mon blog sans me "citer".

Dans sa livraison d'Infos Congo de Février 2014, la SVD AFRAM reprend verbatim les phrases introductives de mon "Hommage à Ben Van den Boom  (1923-2013)" du 14 janvier 2014 sans citer la source. J'imagine que c'est mon frère le Père Serge Tsunda qui a copié ce texte, en prenant juste le soin d'ajouter la précision d'appropriation SVD, "ex confrère". D'autre part, comme ces textes ne sont protégés par aucun copyright, les lecteurs peuvent les utiliser selon le besoin. Des éditorialistes, des pages diocésaines comme des revues intellectuelles en ligne re-publient mes textes, parfois avec ma permission. En général, j'accepte et encourage la reproduction de mes textes à condition que la référence d'origine soit mentionnée.

29 Mar 2014

"Il faut reconstruire l'homme" (Lunkunku Sampu)

Depuis des années, je cherchais des nouvelles de Lunkunku Sampu, célèbre animateur-chroniqueur musical des émissions de Télé-Zaïre. Je le croyais disparu... mais il est bel et bien vivant. Dieu soit loué! Ma surprise était d'autant plus grande que je l'ai retrouvé par un hasard de zapping sur YouTube. A la suite de la dégradation des conditions de travail à Télé-Zaïre, Lunkunku a quitté la télévision et la radio pour la diplomatie. Il a pris de l'âge, comme chacun de nous, mais reste un homme distingué, noble et cultivé. J'ai bien suivi son interview, compris les motifs de sa résignation, eu une de sa vie actuelle, mais surtout retenu une leçon pour la RDC sur tous les plans: "Il faut reconstruire l'homme", a-t-il dit. A voir les performances d'aujourd'hui où le journaliste-intervieweur lui-même se bat avec la diction et la grammaire françaises, il y a de quoi soutenir que l'époque est passée où la télévision était un art. Aujourd'hui, il suffit pour quelqu'un qui a échoué à l'IFASIC d'acquérir une caméra pour se proclamer journaliste ou animateur de radio et de télévision. Il y a, à la disposition des RDConglais, trop de radios et télévisions dans lesquelles on perçoit clairement que les animateurs n'ont reçu aucune formation, dans lesquelles la qualité des interventions laisse vraiment à désirer. Des fois, on a du mal a distinguer le journaliste-intervieweur du voyou, du kuluna ou du shégué et de la méga-star musicale sans éducation qu'il est pourtant censé interroger, tellement la bassesse et le ridicule ont pris la place de l'excellence. Aucun n'est de la trempe d'un Lunkunku Sampu, animateur, chroniqueur musical et metteur en scène formé à l'Institut des Beaux-Arts en peinture et publicité. A ce titre, il avait participé au Festival des Arts Nègres organisé en 1966 à Dakar par le Président Senghor. Chapeau à l'artiste Lunkunku.

25 Mar 2014

Le racisme contre Obama

.
Barak Obama a plusieurs fois fait l'objet de racisme. Photomontages, déclarations, propos, attitudes, contestations, humiliations... aux tendances racistes. Tout cela simplement parce qu'il est devenu Président des Etats-Unis. Je me suis plusieurs fois aussi posé la question de savoir pourquoi. Plus rien ne me choque dans ce monde. Tenez.
Le journal belge De Morgen a livré ce 24 mars des photomontages montrant le couple Obama en singes. Il voulait, semble-t-il, livrer une blague à ses lecteurs en se riant du racisme. Pourquoi a-t-il choisi Obama plutôt qu'un autre? Parce que Obama est noir et est président des US. Les exemples sont légion. Berlusconi après les élections, Hilary Clinton et McCain au cours des campagnes, et d'autres personnalités de renommée internationale,  ont chacun à un moment ou à un autre, tenu des propos aux allusions racistes contre Obama. Les attaques sur sa race ne cesseront jamais tant qu'il sera président, et peut-être même après j'en suis sûr.
Pourquoi ridiculise-t-on tout spécialement Obama? Parce qu'il est président des US et noir, mais aussi parce qu'il existe chez ses détracteurs un complexe de supériorité qui entend le reléguer dans la forêt où il est censé vivre comme un primitif primate. A cause de la satisfaction d'humilier un Noir détenant  un poste qui, de par sa nature, revient à la race supérieure, mais aussi parce que la race que Obama représente est indigne de civilisation, d'éducation et de culture. Ainsi, la confirmation de la supériorité raciale s'accompagne d'un mépris exécrable envers tous ceux de sa race, mais aussi d'une passion incontrôlée et agressive en vue de récupérer les privilèges jadis réservés à la race blanche. Pour tout ce beau monde blanc, Obama quoique élu démocratiquement par les Américains est un usurpateur: il n'est pas à sa place et doit de ce fait descendre de son noble piédestal.
D'où le devoir légitime de se défendre contre lui et sa race en l'attaquant par tous les moyens possibles. A un niveau subconscient collectif ou individuel, les propos et illustrations racistes manifestent et dissimulent des motivations plus profondes de destruction, de meurtre de la personne incriminée et de sa race. A défaut de l'éliminer physiquement, on recourt à la plume, à l'image, au visuel. Et pour un littéraire qui s'intéresse aux mythes, ce combat forcément racial dépasse les limites de la raison, rejoint la sphère souterraine de l'impensé, de l'irrationnel. Tout est mis à contribution pour rappeler à Obama et aux siens l'inadéquation de cette fonction avec ses racines proches des êtres simiesques.
Même comme président déjà élu, sa nationalité américaine a été plusieurs fois contestée par ses compatriotes, à tel point qu'il a été obligé d'exhiber son certificat de naissance. On lui a attribué tous les diables du monde et tous les défauts de l'humanité. Ce racisme-là ne disparaîtra jamais. Le Blanc agressera toujours le Noir, inférieur, sauvage, abruti, naïf, imbécile, incapable de raisonner logiquement ni de tenir des propos scientifiques. Ainsi se justifie le discours raciste contre le plus illustre des Noirs, Obama, cible privilégiée de toutes les frustrations longtemps inhibées qui de temps en temps refont surface. Dans l'ordre de l'évolution des races, l'ascension d'Obama constitue le symbole d'une humiliation pour la races supérieures et d'une fulgurante victoire pour les races inférieures.
Certains reflexes racistes et discriminants qu'on croit disparus depuis la nuit des temps ou depuis l'abolition de l'esclavage resurgissent avec d'autant plus de puissance qu'ils surprenent les non avertis. J'ai assez vécu pour mesurer, avec une certaine expérience, l'ampleur du racisme dans le monde. Avec un Noir, on peut tout se permettre sans courir des risques. Je pense à Cécile Kienge en Italie, à toutes ces vedettes sportives noires huées et humiliées à travers les stades européens par des foules visiblement farouches et haineuses. C'est en quelque sorte l'Histoire qui se répète. L'attitude condescendante de De Morgen montre la preuve que le temps est encore éloigné où les races humaines vivront dans l'harmonie. J'ai dit.

23 Mar 2014

La vérité en politique


En politique la vérité c'est la vérité du plus fort, jamais la vérité de la majorité populaire. Examinez de près comment le monde est régi, comment les grandes puissances imposent leurs volontés. Ce n'est pas Poutine le premier dans ce domaine.
Souvenez-vous de la façon dont Georges W. Bush a poussé le monde dit civilisé à la guerre contre l'Irak prétextant que Saddam Hussein disposait d'armes de destruction massive. Et comment Tony Blair l'a cru et lui a obéi sans discernement. Les voix - comme celle de Joschka Fischer - qui avaient contesté cette vérité imposée n'étaient pas entendues. La guerre a eu lieu, on n'a jamais trouvé ces armes. En fait, si ces gens avaient été du Tiers-Monde, ils auraient été poursuivis par la Cour pénale internationale pour avoir causé une guerre meurtrière sur une base mensongère. Tout ceci pour dire que, lorsque vous parlez de vérité, il convient toujours se demander de quelle vérité il s'agit, de qui parle. Qui parle? Oui, le statut du locuteur est très important. Le lapsus du Pape est une lapalissade: les médias ont diffusé ce qu'il n'a pas dit plutôt que ce qu'il a effectivement dit.
La semaine dernière, j'ai participé à un débat inaugural sur la francophonie. La presse était là. Ce qui a été rapporté dans les journaux ne représente nullement la position de notre département, mais celle du ministère des affaires étrangères et de l'association des enseignants de langues de la Barbade. Le débat comme tel n'a pas été présenté. A tous les niveaux, la vérité est très relative en dépit de l'arsenal de moyens mis en place pour la diffuser.
On raconte que Mobutu s'amusait à embrouiller ses collaborateurs, à les tourner en ridicule. "Eh L. Kimpesa, quelle est à ton avis la couleur de ce bâtiment". "Ce bâtiment est blanc", aurait répondu Kimpesa. "Ne penses-tu qu'il est en réalité vert?", aurait rétorqué le Président-Fondateur. "Ah oui, où avais-je mes yeux? Vous avez raison, Citoyen Président Fondateur: oui, le bâtiment est en réalité vert". Voilà ce qu'on appelle la vérité d'autorité. Comprenne qui pourra.
Chacun a sa vérité; et il l'impose aux autres avec les moyens dont il dispose. Comment croyez-vous qu'un avocat réussit à faire dispenser un criminel d'une peine capitale? Comment croyez-vous qu'un tel a réussi à se hisser au sommet de la hiérarchie? Ou à s'attirer la sympathie de son chef? Tout cela, au nom de la vérité! Vérité dans ce cas signifie mensonge, trahison, médisance, calomnie, colportage, calcul. En politique, cela rapporte gros, très gros même.
Et la justice dans tout cela? Dans les pays sous-développés, la justice sert les intérêts des autorités politiques et de leurs collaborateurs. Elle ne sanctionne que les petits, les pauvres, les sans-le-sou; elle ne condamne que les opposants, les discrédités, les aigris. Les criminels puissants et les grosses légumes s'en sortent sans problème. Pourtant, comme dans tous les pays du monde, on y jure aussi de dire la vérité. Vous voulez ma conclusion: on sort de la vérité dès qu'on entre en politique ou dès qu'il s'agit de politique. Combien d'innocents croupissent dans les geôles nauséabondes sans espoir d'obtenir justice ni d'imposer un jour leur vérité pourtant reconnue de tous? Politica, politica, mani pulite!
 
 

22 Mar 2014

Le mabanisme, du bric-à-brac

"Claver,
Tu deviens vraiment intéressant sur ton blog. En réalité, ton article "A chacun son -isme" n'avait comme objectif que de nous faire avaler le mabanisme. C'est quoi encore ce  charabia? Je ne pouvais pas laisser passer cette aberration sans réagir. Tu l'as d'ailleurs signalé. Et bien entendu, j'ai ri aux éclats. Avant même ta mort, la relève est assurée par l'ibanguisme et le mukawisme. Encore des primitivismes à faire frissonner le grand académicien de la langue française! Où voudrais-tu en venir?
En fait, tu soliloques et te fous de tes lecteurs. As-tu vraiment une doctrine originale? J'entends un ensemble de pensées dont on peut dire qu'elles sont de toi et de personne d'autre? Seuls les naïfs te suivront dans cette voie. Mabanisme, tu parles? Du n'importe quoi!.... Voulant te rendre célèbre, tu voudrais instaurer sur ton nom une dynastie intellectuelle ou familiale tirée sur le tas. "A chacun son -isme" comme tu soutiens.
Tes idées sur la francophonie reflètent des poncifs déjà rabattus ailleurs. Tes avis sur la démocratie, une moquerie de l'Afrique. De la philosophie et de la littérature, là on peut dire que tu as quelques notions par ailleurs discutables; mais au moins on voit que tu touches un peu à tout, surtout à des thèmes que tu maîtrises mal. Un seul point sur lequel tu as raison, tu es un littéraire; nul ne peut te contester cette compétence.
Au fait, j'ai lu La sorcière aux tendres bombes. J'ai été impressionné; c'est peut-être là que le mabanisme peut prendre forme. Publie tes autres pièces de théâtre. Mabanisme, mabanisme, bric-à-brac!.... Contentons-nous en, faute de mieux!
(Email du 21 mars 2013)

Ma réponse:

Merci cher ami, pour tes compliments. Tu m'as reconnu littéraire, je n'aspire à rien de plus. Quant au mabanisme, c'est un pont de passage vers autre chose. Une prétention pour me forger une place au soleil. Le nom de Mabana doit être célébré. Qui le fera si je ne le fais pas? Un autre Mabana sans aucun doute. Je suis le premier; j'ouvre le chemin. Le jour où tu découvriras ou créeras ton -isme, tu atteindras mon niveau initiatique. Tu as encore du chemin.
C

20 Mar 2014

Journée de la Francophonie

20 mars. C'est la journée mondiale de la Francophonie. Les francophones de tous les pays sont censés se réunir et célébrer ce jour grandiose qui symbolise l'apogée de la culture française à travers le monde. 
Je dois reconnaître que, contrairement à d'autres années, j'ai participé à plusieurs activités consacrées à la Francophonie. Un concept que je considère très discutable dans son statut actuel. Une institution qui pérennise un colonialisme difficilement voilé par la hiérarchie. Ce que je dis n'engage jusqu'à la preuve du contraire que moi. J'ai une histoire personnelle avec la "Francophonie". 
Dans mes publications d'avant le colloque "Antillanité, créolité, littérature-monde" tenu à la Barbade en 2010, j'étais un élève-modèle de la francophonie. Je suivais, sans vraiment prendre conscience de son esprit aliénateur, tous les principes de la francophonie sans les discerner ni les juger adéquatement. Ce colloque m'a ouvert les yeux, car j'ai pris la mesure de la gravité insultante du problème. Je ne suis pas anti-français, loin de là; mais il y a des attitudes, des sous-entendus, des incohérences qui me dérangent et auxquels je ne saurais adhérer pour rien au monde. Cette francophonie-là qui consiste à vous absorber dans l'esprit impérial me répugne, car elle aliène. Le génie assimilateur s'avère parfois arrogant et révoltant à mes yeux. Comme le déclarent certains écrivains, je parle, j'écris le français parce que j'ai été formé dans cette langue.
Cette prise de conscience m'a fait changer de cap. J'ai enseigné pendant plusieurs années un cours de culture francophone dans lequel mon prédécesseur, plus versé dans la francophonie, ne traitait que sporadiquement d'autres pays que la France. Le relent colonial que je percevais vaguement s'est confirmé lorsque j'ai eu à écrire la postface des actes du colloque Antillanité, créolité, littérature-monde publiés en 2013 chez Cambridge Scholars Publishing. Mes collègues éditeurs n'étaient pas complètement d'accord avec moi. L'option est désormais clairement tracée.
Si vous deviez comparer mes livres: "Des transpositions francophones du mythe de Chaka" (2002) et "Ecritures en situation postcoloniale: Francophonies périphériques" (2013), vous remarqueriez la différence au niveau de l'orientation critique des deux livres. Le premier est innocent; et le second tendancieux. Le premier est conciliant; et le second agressif. Je ne suis pas contre la francophonie, mais elle me pose beaucoup de doutes, de questions sur sa pertinence, des problèmes sans réponses. Et c'est sur ce questionnement que s'arrête mon propos d'aujourd'hui.
Pour des raisons protocolaires - je suis chef du départment de langue, linguistique et littérature -, j'ai dû participer à une table-ronde organisée par mes collègues de l'université, à une réception offerte par le haut-commissariat du Canada, et un Quiz suivi de Karaoké programmés pour nos étudiants de français. J'ai dû à la fin remercier l'audience. J'en ai fait un peu trop.

19 Mar 2014

Une pensée pour Mgr Nkombo (1941-2008)




kombo_1_
Parmi les nombreux personnages que j'ai eu l'honneur de recevoir à l'évêché de Kenge, en l'absence de mon évêque, se trouve être cet homme de Dieu: Monseigneur Ernest Nkombo, évêque de Nkayi puis Owando en RPC, qui a présidé la conférence nationale de la République du Congo. C'était en 1985. Ce dimanche-là, il était en route pour Kikwit, accompagné des PP. Paul Sinu et Delanotte. Je fus très honoré de le revoir diriger la conférence avec sagesse, justice et discernement. J'ai pu admirer ses talents de conducteur d'hommes, d'apôtre et de conciliateur.
Que son âme repose en paix!

17 Mar 2014

Ebwe Patience Ibembo?

J'ai été recommandé de suivre sur Youtube l'interview de la musicienne congolaise Patience Ibembo Kasongo, ancienne danseuse du Quartier Latin de Koffi Olomide. Elle évolue désormais en solo à Los Angeles, aux Etats Unis. Invitée par Marie L'or Mwaka à formuler, en début d'émission, des salutations dans sa langue maternelle, le kiyaka, elle n'a pas trouvé mieux que de dire: "Ebwe". J'ai été très surpris. Félicitations Patience, tu représentes valablement notre culture.

15 Mar 2014

Le lapsus du Pape François

Lapsus du Pape argentin. Aussitôt informé de ce lapsus indigne d'un Vicaire du Christ et du scandale qu'il a provoqué dans le monde des médias, j'ai cherché et trouvé la video sur le net. Voici l'extrait incriminé:
"... Non accumula richezze per se ma le metti al servizio degli altri. In questo cazzo / in questo caso la providenza di Dio si rende visibile  ... ".
(... Qu'on n'accumule pas des richesses pour soi mais qu'on les mette au service des autres. Dans ce "phallus" / dans ce cas la providence de Dieu se rend visible...)
Pour moi comme pour beaucoup d'auditeurs italophones, c'est le cas typique d'un locuteur espagnol s'exprimant en italien. Le "ss" trop huilé de l'espagnol influence énormément la prononciation italienne; et le son "z" n'existe pas en espagnol. Tout concerne les mots "caso" (prononcé cazo) et "cazzo" prononcé "catzo, cadzo, casso". Cazzo signifie vulgairement et selon le contexte "phallus, putain, pénis, merde". Il existe même une expression très obscène et vulgaire: "Me ne frega il cazzo". Et ce n'est pas ce que le Pape François voulait dire; ce n'est pas ce qu'il a dit, en âme et conscience. Seulement voilà: c'est un Pape. Les gens ne s'en seraient pas rendu compte s'il ne s'était pas répété. C'était assez pour que le lapsus fasse le tour du monde et de la toile Internet. La mauvaise foi des hommes et des medias est constamment à la chasse du sensationnel dans tout, surtout là où sainteté, pudeur, pureté riment ensemble.
 

14 Mar 2014

Adieu Frère Baptiste SVD 2

Fin juillet - début août 1980, je me retrouvai à Stoutenbourg, près d'Amersfoort dans la famille du Père Ben Overgoor. Un beau jour, on avait prévu une excursion à travers les canaux d'Utrecht à laquelle devraient participer les Pères Charles, Ben, le Frère Baptiste et moi. Le frère a eu un empêchement de dernière minute. Je ne le revis qu'à Katende en 1982 où, constructeur, il menait une vie très retirée, n'apparaissant qu'aux repas et aux cérémonies religieuses. En 1984, peu après l'inauguration du nouvel évêché le 4 octobre, il s'est installé à Kenge d'où il partait tous les matins pour le petit séminaire. Avec le Père Jean Van der Hulst et Nicolas Berends, il formait une belle petite communauté hollandaise à l'évêché. Le Frère Baptiste s'émerveillait devant la beauté céleste lorsque, descendant en Land Rover de Kiwana vers Katende, il pénétrait dans un brouillard. Cela lui donnait le sentiment d'être dans un avion, de flotter dans un univers élevé.
Féru du football, supporter d'Ajax d'Amsterdam, il n'hésitait pas à voyager avec les supporters de cette équipe lorsqu'il se trouvait en Europe. Il m'avait relaté un voyage vers Milan.
Il n'aimait pas manger du poisson. Il lui fallait de la viande ou autre chose. A mon étonnement qu'un hollandais n'en mange pas, il m'a affirmé avoir arrêté parce que les arêtes lui donnaient trop de travail. Un verre de bière à la fin d'une journée laborieuse de travail lui faisait du bien.
Lorsque feu Jean-Pierre Gavuka rejoint l'évêché, c'est le Frère Baptiste qui avait suggéré que la clé de sa porte intérieure donnant vers le couloir soit retirée de façon permanente. Ce qui nous permettait de lui venir au secours à chaque crise de maladie.
Son chant préféré était: "Nge ke nani, e Mfumu, nge ke nani" de l'abbé Kinzanza. Il aimait et la mélodie et le contenu de ce chant si profond et contemplatif. Il le mimait volontiers.
Il regrettait d'avoir remercié un cuisinier pour avoir volé de la nourriture du temps où il travaillait à Beno. En fait il était cuisinier de formation. Pendant son noviciat à Teteringen, il avait une fois renversé une très grande quantité d'assiettes en porcelaine, qu'il était censé mettre sur un plateau.
Avant qu'on recourt à la photocopieuse, je lui fournissais vers la fin de chaque année des stencils pour sa lettre circulaire annuelle à ses amis et bienfaiteurs; et je la lui imprimais volontiers.
Je l'ai vu pour la dernière fois le 12 octobre 1987, la nuit où je suis parti de l'évêché de Kenge. J'avais toqué à sa porte afin de lui dire adieu. Et cet adieu a duré jusqu'à ce jour où le Seigneur lui a accordé le repos éternel. Il s'était retiré du monde pour mener une vie contemplative. Comme quoi les voies de Dieu sont insondables: "Nge ke nani, e Mfumu, nge ke nani" (Qui es-tu Seigneur, Seigneur qui es-tu?). Amen.

Adieu Frère Baptiste SVD 1

Je venais de poster mon article "A chacun son -isme" lorsque j'ai ouvert l'email de M. Marc Van Renterghem annonçant le décès à Teteringen du Frère Baptiste.
Après Ben Van den Boom décédé en décembre 13 se tourne encore une fois une page de l'évangélisation du diocèse de Kenge. Le Frère Baptiste a été le tout premier frère SVD à fouler la terre congolaise en 1952, peu après les patriarches Van der Heyden, Van Gorp, Van den Boom, Hoenen. Constructeur, mécanicien, électricien, photographe, géomètre, réparateur d'appareils et de montres, le frère Baptiste a fait tout cela partout où il a été comme missionnaire. Je l'ai bien connu pour avoir vécu avec lui à Kalonda en 1969-75, mieux pendant mon année de régence dans la communauté ecclésiastique en 1978-79, mieux encore pendant mon secrétariat à l'évêché de Kenge entre 1984 et 87. Il m'a personnellement beaucoup  raconté sur sa vie; et je garde beaucoup de ses souvenirs.
A propos de la mort, il aimait répéter qu'il n'en avait pas peur et qu'il ne tenait pas trop à son corps. Il m'a confié plus d'une fois: "Si je meurs, inutile de pleurer, célébrez. Vous pouvez jeter mon cadavre n'importe où, le brûler s'il le faut, même l'utiliser pour des recherches scientifiques." Commençons par le commencement!
C'est en septembre 1969 que j'ai connu le Frère Baptiste au Petit Séminaire de Kalonda, plus précisément au Juvénat SVD de l'époque. Sa chambre se situait sur le flanc gauche à l'entrée du juvénat. Et il y est resté jusqu'à la cession de Kalonda au grand séminaire. Comme tous les séminaristes et les juvénistes, nous avons énormément bénéficié de ses talents. C'est dans sa chambre que j'ai vu pour la première fois un "vacuum cleaner". Il s'occupait du garage et de l'électricité. Les dimanches, à partir de 16 heures, des gens venaient de partout se faire photographier. Tout séminariste et juvéniste de l'époque, qui se respecte, doit avoir au moins une photo faite par le frère Baptiste. Je le revois encore vêtu de sa soutane de style SVD, avec ses cheveux blancs.
Personne très travailleuse, accueillante, réservée mais très douée pour les sciences techniques, le Frère Piet van Rooijen était connu pour avoir construit la plupart des églises et des bâtiments des paroisses du diocèse de Kenge. L'infatigable missionnaire a été même jusqu'à Kole dans le Kasai pour construire une église et un presbytère. Une contribution énorme à l'église locale du Congo démocratique.
Il n'avait pas trop aimé le site de Ngondi. J'étais témoin en 78 de sa toute première visite sur le site où se construirait Ngondi. En effet, l'acquisition de Kalonda par le grand séminaire avait amené les SVD à choisir Ngondi comme lieu de leurs garages, menuiserie et maison de retraite. C'est ainsi qu'il a fini pionnier constructeur du Petit Séminaire de Katende. Je l'y retrouverai en 1982.
Fin 1978, la toute première fois que j'avais croisé un véhicule venant en sens opposé sur la chaussée, c'était  entre Kalonda et Masamuna, et c'était le Frère Baptiste qui revenait de Bonga avec le Frère Herrmann Helm. Je ne l'oublierai jamais. Mon instructeur d'auto-école, l'abbé René Singa, ne s'en souvient sûrement pas. De la communauté SVD de 78-79, il ne reste plus que le Frère Pirmin Haag et le Père Gerhard Lesch. Tous les autres PP. Charles Schwertz, Ben Overgoor, Fr. Herrmann Helm sont décédés. Paix à leur âme!
- A suivre - 

Frère Baptiste Van Rooijen SVD (1923-2014) in memoriam

(Email de M. Marc Van Renterghem (reçu ce 13 mars 2014)


Vous l'avez certainement connu : Frère Baptiste, le grand constructeur du diocèse de Kenge. Entre autres l'église de Fatundu avec la façade en forme de masque ...
Je m'excuse du fait que le In Memoriam est écrit en Néerlandais (d'ailleurs par le Père Antoine Verschuur, que vous avez certainement encore connu à Kalonda ???). Peut-être vous trouverez bien quelqu'un qui saura vous traduire le texte...
Sauf le Père Etienne Van Eygen , je ne pense plus qu'il y a encore un Belge ou Hollandais, anciens du Congo (diocèse de Kenge), en vie...
Salutations cordiales,
Marc
http://www.svdneb.nl/images/in_memoriam_br._piet_van_rooijen_svd.pdf


Monsieur Marc,

Merci de m'avoir transmis cette triste nouvelle de la mort du Frère Piet van Rooijen. RIP. Je vais comme d'habitude écrire un éloge funèbre à son honneur.
J'ai très bien connu le Frère Baptiste pendant tout le temps de ma formation à Kalonda (1969-75). Ensuite j'ai vécu avec lui dans la communauté de Kalonda en 1978-79 pendant mon année de régence. Encore une fois, j'ai vécu avec lui dans la communauté de l'évêché de Kenge de 1984 à 87. C'est en fait le seul frère svd avec lequel j'ai vécu si longtemps. Et j'ai beaucoup d'histoires sur lui. Que son âme repose en paix!
Quant au Père Verschuur, je l'ai connu à Kenge I en 1965-66 du temps où il était directeur de l'école normale avant que le Père Charles Swertz le remplace.
Je lis le neerlandais à partir de l'allemand et de l'anglais, je comprends l'essentiel.
En union de prières

Claver Mabana
PS: A propos des SVD belges et hollandais encore vivants, je crois qu'il y a encore outre les PP. Van Eygen et Verschuur: Van den Broeck, Emile Van der Linden, Jean Van Zeeland,  Everard Leferink, Nico Berends et le Fr. Félix Klaveren.
C

A chacun son -isme

A l'instar des doctrines consacrées par l'histoire et la culture, chaque grand personnage possède son -isme. Ainsi trouve-t-on aisément à côté du classicisme ou du stoïcisme, le cartésianisme ou le kantisme, tout comme le léninisme et le sarkozisme, le mobutisme ou le kabilisme. Pourquoi pas le mabanisme? Mais là s'arrête la similarité, car le succès d'un mouvement de pensée dépend beaucoup de la personnalité qui l'incarne. Chez les politiques, il faut distinguer plusieurs catégories intellectuelles. Certains ont une stature solide tandis que d'autres s'entourent d'une doctrine pour servir leur ambition politique. En outre, il y a des politologues très solides qui n'ont jamais un seul instant de leur vie exercé la politique. Tout dépend donc de la façon dont on appréhende cette réalité.
Le philosophe africain-américain Mudimbe raconte ses rencontres avec l'illustre président qui prêchait le socialisme scientifique au Congo-Brazzaville. A force de lire et de se former en autodidacte, Marien Ngouabi semblait suivre avec attention l'argumentation philosophique sur le marxisme que lui exposait par le pédant post-moderniste. Chapeau! D'autres n'auraient comme argument que la gachette de leur revolver à la place d'idées indigestes à leur esprit. Le "isme" ne viendrait que combler leur statisme spirituel et leur carence intellectuelle, à défaut de couronner leurs projets despotiques et machiavéliques.
Et le mabanisme dans tout cela? Pourquoi pas? Mabanisme comme le nnikonnikunisme viendrait étymologiquement de Mabana. Nom sacré et comblé de gloire! Je parle. On n'est bien ensensé que par soi-même. Je baptise le mabanisme comme l'ensemble des pensées mentales, politiques et idéologiques conçues par votre humble serviteur. Comble de misère et de malheur! Es-tu sûr d'avoir du succès avec ce néologisme si exotique, rétorque mon pourfendeur de lecteur! Abacha n'avait pas d'isme - au fait il n'existe pas d'abachisme -; il n'en avait pas eu le temps tellement il était occupé à se remplir les poches. Aux dernières nouvelles, ses millions volés en un temps record végètent encore dans les banques occidentales. L'abachisme s'allierait au pragmatisme, un pragmatisme qui vous enrichit comme Crésus en l'espace de trois années de pouvoir. Un pragmatisme époustouflant proche des exploits des maffiosi, des pègres de la drogue. Le mabanisme sera une suite décousue des phrases susceptibles de vous appauvrir si vous êtes riches, de vous maintenir dans la pauvreté si vous y êtes déjà; mais de vous tenir la tête haute au milieu de votre misère, en dépit de votre dénuement. Tant qu'il y aura de la pauvreté, il y aura le mabanisme, autrement dit l'ontologie de la paupérisation. Le mabanisme propulse bien les mots compliqués, les jeux de mots susceptibles de tenir une argumentation verbale tout en vous maintenant dans une flagrante indigence matérielle et spirituelle.
Entre l'abachisme et le mabanisme, mon choix est clair. J'ai choisi mon nom que je lègue pour toujours à ma postérité. Les savants qui étudieront ma pensée s'en délecteront comme on s'extasie aujourd'hui devant le génie de Socrates, Averoes et ... j'ai oublié son nom. Du mabanisme naîtront sans aucun doute l'ibanguisme et le mukawisme. A chacun son -isme. C'est selon, comme on dit chez nous.
Observez les enjeux politiques dans les actualités, vous verrez que je ne dis pas que des bétises.

Le nnikonnikunisme

Ne soyez pas effrayés. Nnikonnikunisme vient de Nnikon Nniku. Et Nnikon Nniku est le protagoniste de la pièce théâtrale de Tchicaya U Tam'si: Le destin glorieux du Maréchal Nnikon Nniku prince qu'on sort paru chez Présence Africaine en 1979. Je voudrais célébrer à titre personnel les trente-cinq années de la parution de cette œuvre que je juge inspiratrice et riche en enseignements de vie. Il n'y a pas à mon sens de meilleure caricature du pouvoir africain que celle-ci. Du temps de mes études, je me posais toujours la question pourquoi une telle pièce n'était jamais mise en exergue par la critique alors qu'elle présentait tous les détails constitutifs d'une dictature servile et inhumaine. Le diktat des éditeurs parisiens avait pesé lourdement sur la réception générale des œuvres de Tchicaya. Il était classé poète avec une entrave solidement serrée. Poète, pas dramaturge ni romancier. La pratique de la radiophonie a amené le poète à mettre en scène des épisodes de son prolifique imaginaire. Le ridicule ne tue pas, c'était le cas de le constater.
Une pièce de théâtre, plus qu'un roman ou un récit, a vocation de visualiser les actants et de vulgariser leur message. Imaginez sur la scène un soldat incompétent, immature, minus schizophrène qui prend le pouvoir parce que les civils se montrent incapables, qui ordonne que ses ministres s'éborgnent en signe de fidélité à sa personne, qui prend plaisir à ce que les magiciens le consacrent maître du monde temporel, qui ne supporte aucune contradiction à ses ordres. "La constitution, c'est moi", dit quelque part cet usurpateur des traditions ancestrales dont il se proclame l'unique et valable héritier. La politique monolithique comme l'imposture, ce n'est pas de la fiction mais du vécu aux yeux du poète-dramaturge originaire de Pointe-Noire.  
Au-delà du grotesque de l'intrigue, la pièce se donne à lire et voir comme une farce-sinistre, un jeu de scène dont le but est d'éveiller les consciences. Les pessimistes diraient "de provoquer des cauchemars" à la place. Moi, je préfère ma neutralité. Le ridicule tue, autrement la tortue ne s'engouffrerait jamais dans sa propre carapace. La honte est un sentiment légitime, qui confine les limites du permis, du tolérable, du confortable. J'ai suivi un musicien qui se vantait de consommer quotidiennement une abondante quantité de chanvre avant d'exercer son métier. Je m'en doutais bien à voir son comportement sur scène. Donc il ne m'a rien appris que je ne savais déjà. Et lorsqu'il s'en vantait, on percevait quand bien même une sorte de gène sur son visage. Les traits du visage et ses gestes trahissaient ses paroles. Vous voulez encore une définition du politicien: c'est un musicien qui se vante de fumer du chanvre. Whatever! Je n'ai rien changé à mon légendaire slogan: "Politica, Politica, Mani Pulite".
Que non! C'est Nnikon Nniku, le personnage charismatique de Gérald-Félix Tchicaya, lui aussi père de la nation. Sa doctrine est pompeusement appelée le nnikonnikunisme. Et le leader n'est ni con ni cul. L'obscénité va avec le pouvoir, hélas.

11 Mar 2014

Un cas qui fait réfléchir 2

Poussons la réflexion un peu plus loin. Elle s'étend à la vie. Quelle fragilité! Quelle volatilité! Oui, la vie est fragile et volatile. Ephémère, elle surgit comme un volcan et s'évanouit comme une fumée. Eternelle, elle s'éloigne des vivants physiques et se spiritualise. Voilà ce qu'est la vie. Fugace, fugitive, végétale, fluctuante, elle se définit à l'instant plutôt qu'à l'heure.
J'ai déjà tout dit. Récapitulons. Schummacher, un champion qui a, au cours de sa carrière active, montré vivacité, persévérance, résistance, est aujourd'hui le même soumis aux méandres du destin. Qu'un homme fort en soit là aujourd'hui, fait forcément réfléchir. De quoi se révolter contre le sort, et se perdre en cogitations. S'il avait décidé de faire autre chose en cet instant, il serait sans aucun doute encore sur ses pieds. Si quelque empêchement indépendant de sa volonté l'avait amené à renoncer à cette ballade en ski, il serait encore en ce moment peut-être au volant de sa Ferrari ou de n'importe quel véhicule. Y aurait-il une éventualité qu'il en soit autrement? La livre de la vie s'est déroulé ainsi pour lui. Il aurait pu vivre normalement et s'adonner à ses passions s'il pouvait changer le cours de son histoire. Seulement voilà, les dieux en ont décidé autrement.
La vie ne nous appartient pas; elle est nous donnée, mieux elle nous est prêtée. Un cadeau empoisonné, diraient les méchants. Un prêt mortel, diraient les pessimistes ou réalistes. Une grâce divine pour les croyants. Un seul instant suffit pour qu'elle change de fond en comble. Un geste, quelques secondes d'inattention, un faux-pas, une chute, un coup de balle, voilà des occasions inopinées pour la perdre ou mieux la rendre au propriétaire ou au créancier. Les musiciens congolais ont raison lorsqu'ils répètent que "nous sommes des étrangers sur cette terre des hommes,"..."que nous passons sur cette terre"... "qu'on ne vit qu'une seule fois". Des apophtegmes pour inciter à la délectation de chaque instant.
La vie est un don magique. Traitons-la comme il convient, foi de mythologue.

10 Mar 2014

Schummacher, un cas qui fait réfléchir

J'ai écrit plusieurs articles sur Schummacher, que je n'ai pas eu le courage de publier et que j'ai simplement effacés. Erreur! Je n'aurais pas dû.  Ce quintuple champion de F1 que je n'ai jamais réussi à vraiment admirer, puisque je le trouvais génial et imbattable, jouit pourtant de toute ma sympathie. Je trouvais ses victoires répétées parfois faciles. Par contre, je n'ai jamais caché mon admiration totale pour Ayrton Senna dont j'avais suivi en 1994 l'accident mortel en direct sur le circuit de San Marino. Ce jour-là, Schummi avait aussi gagné.
Depuis le 29 décembre jusqu'à ce jour 10 mars, le héros du volant est soumis à un coma artificiel à la suite d'une chute en ski et se trouve toujours entre la vie et la mort. Le monde entier retient son souffle, curieux et anxieux de connaître l'issue de ces prouesses médicales. Le pronostic devient inquiétant lorsque l'on se rend compte de la longueur  de ces traitements. Comment sortira-t-il de ce coma? Qu'adviendra-t-il de lui? Aura-t-il encore le contrôle de ses facultés motrices et intellectuelles? Saura-t-il revivre comme par le passé? Autant de questions sans réponses. Confions-le à Dieu!
Pour moi, Schummi est un homme de la vitesse dont le destin est entièrement marqué par la vitesse. S'il a réussi à échapper aux vertigineuses courbures des circuits de la F1, il a chuté gravement en skiant. Comme Senna, comme Molière, comme Villeneuve, ce féru du mécanisme de la rapidité a connu son accident fatal sur une scène d'activités sportives. C'est sur un arène que prend fin la vie d'un lutteur; c'est sur un portable que survient la fin d'un acteur. Deux mois de combat et de défi contre la mort! De quoi en arriver à se demander si la vie vaut encore la peine d'être vécue.
Voilà une situation délicate, sensible qui exige de la pudeur et du respect vis-à-vis de l'être humain dont la vie est en danger, de sa famille et de ses amis. Sa famille ne perd pas l'espoir qu'il s'en sortira. Lui-même est un battant qui nous a montré comment aller jusqu'au bout de ses moyens, résistant implacable devant les revers du destin. Michael Schummacher doit vivre, non plus pour lui-même mais pour les siens et pour tous ses fanatiques. Courage, champion!
 

9 Mar 2014

Des félicitations, enfin.

"Abbé Claver,
Excusez que je vous appelle encore abbé alors que vous l'avez quitté. Sambu na mono, nge kele kaka nganga-nzambi ti kuna lufwa. Yo ta baluka ve. C'est Ya Christine qui m'a parlé il y a quelques jours de votre site et m'a communiqué votre adresse email; elle y lit des choses incroyables, selon elle.
Je suis vraiment fascinée par tout ce que vous écrivez. Il y a de quoi passer des heures et des heures à vous lire. En tout cas, je tenais à vous féliciter pour votre blog. Etc."
(Lisette, 9.3.2014)
 
Merci mingi, Maman  Lisa.
C

8 Mar 2014

Définition du mot "Politicien"

J'ai enfin une définition après plusieurs investigations scientifiques et sociologiques (nous on aime les termes impressionnants). Et voici mon imparable trouvaille: " Un politicien, c'est quelqu'un qui dit ce qu'il ne fait pas et fait ce qu'il ne dit pas." La promesse politicienne en est l'illustration même. Mon interlocuteur ne cache pas sa surprise:  " Mais c'est ta définition du menteur?" Je me rends aussitot compte que ma définition n'a rien de scientifique ni de sociologique comme je l'ai pretendu, mais polémique et tendancieuse. Je suis surpris moi même de ma reaction: "Pas tout à fait. Bah... la différence entre un politicien et un menteur consiste en ceci que le premier est honorable et que le second ne l'est pas. Alors pas du tout".
Lorsqu'un politicien vous dit qu'il construira un hôpital pour sa circonscription électorale, vous devez comprendre qu'il vous invite à l'élire mais à oublier aussitôt sa promesse car vous mourrez avant que vous voyiez ledit hôpital. En outre, c'est la seule profession qui ne vous renvoie pas à la retraite. A n'importe quel âge, l'on est l'idéal, quitte à mener la barque à bon port. La propagande s'occupera de corriger les incompétences, les fautes, les lapsus et les dérapages dus à la sénilité. Un ami m'a assuré il y a quelques jours qu'il pensait devenir politicien à sa retraite afin de se la couler douce si Dieu lui prête vie.
Après réflexion, voici ma définition rénovée: "Un politicien, c'est quelqu'un qui ne connaît ni la fatigue, ni le vieillissement, ni la retraite". Allez-y voir. Pape? Avant quatre-vingts ans quand même. Gare à toi si tu démissionnes, car c'est une prison à vie. Attention, mais c'est pas un politicien. Mais, c'est le président du Vatican. Donc politicien, donc... Je n'oserais m'attaquer à Sa Sainteté, le Vicaire du Christ Notre Seigneur. Par contre, je pense aux gens du monde temporel. Et quelle est la différence? La différence est justement que le temporel n'a que faire du divin, ne respecte pas le décalogue: "Kuta bumbangi bu luvunu ko" (Ne porte pas un faux témoignage). Un politicien ne respecte que la Constitution.
 

Comment annexer un territoire qui ne vous appartient pas? 2

"Cher Claver,
Tu aimes bien les sujets d'actualité, et tu as une façon très personnelle de les présenter. Chapeau pour ton originalité quoique tes analyses soient des plus discutables. Tu présentes Kinshasa, la capitale de ton pays, comme le paradigme de ce chaos. Quelle fierté éprouves-tu à dénigrer les tiens? De telles pratiques se passent aussi ailleurs, j'en suis sûr. Une idéé m'est venue en tête.
Une anecdote sur le président Mobutu en personne. Un monsieur, voisin de Bobozo, qui venait de se construire le palais de sa vie, serait allé trouver le président pour qu'il intervienne en sa faveur, parce que Bobozo tenait à tout prix à acheter cette maison. Savez-vous ce que le président lui aurait répondu? "Eh bien, vends-lui ta concession. Encore tu devras t'estimer chanceux qu'il te demande de la lui vendre. Il aurait pu te la prendre de force?" Comprenne qui pourra.
Pour en venir à des événements plus récents, observe les comportements des pays voisins vis-à-vis de notre pays. Tous sont impliqués d'une manière ou d'une autre au processus de balkanisation en cours. Le Rwanda justifie ses actions en fonction de sa propre sécurité en soutenant militairement les mouvements de rébellion, ce qui constitue l'astuce la plus subtile pour s'adjuger des territoires riches en ressources naturelles et minières. Quelque part, c'est la même logique basée sur des arguments ethniques, géopolitiques et expansionnistes que chez les Russes aujourd'hui. Voilà tout."
(Réaction spontanée à ton dernier article, Email du 8.3.14).

Ma réaction:

"Mon pourfendeur de lecteur tombe  dans le piège qu'il a lui-même tendu. Bien plus, il nomme des individus dont les descendants peuvent lui intenter des procès. Mais je crois que ces derniers sont assez critiques pour éviter une telle déconvenue. Je suis d'accord avec l'exemple du Rwanda, auquel j'ai pensé mais que j'ai évité de peur de rendre mon texte indigeste.
Il a raison lorsqu'il parle de tous les pays voisins de la RDC. Je ne sais pas si les Angolais sont partis des villages qu'ils avaient occupés vers Kahemba. Centrafricains et Ougandais, Burundais et Rwandais entrent en RDC sous n'importe quel prétexte. La Tanzanie y est aussi présente, mais du côté des forces du maintien de la paix. Pour moi, c'est toutes des armées auxquelles rien de ce qui est militaire n'est étranger. Quant aux populations déplacées de part et d'autre de ces territoires, elles jouent aussi un rôle décisif dans le portrait général de la région. Merci, pourfendeur."

Comment annexer un territoire qui vous appartient pas?

Comment occuper un terrain? Un ami mort aujourd'hui m'a raconté comment à Kinshasa il a obtenu sans rien payer un terrain. C'était à l'époque du MPR. Habillé en abacost pour une manifestation de service, il était en route pour Mont-Ngafula lorsqu'il a aperçu sur la descente de l'IPN des agents procéder à la répartition de lots parcellaires. Connaissant bien le système, ce cadre subalterne du parti a tenté sa chance; il est descendu de voiture et a exigé de voir le chef de l'équipe cadastrale:
"- Qui vous a donné l'autorisation de distribuer ce terrain?
- Patron, intervient l'autre tout tremblant et impressionné par le ton autoritaire de son interlocuteur, c'est l'hôtel de ville qui nous a envoyés?
- Ah bon, alors. Délimitez-moi une double parcelle immédiatement."
So said, so done! Le lendemain, il est revenu sur le lieu muni des documents nécessaires pour le bornage. Il y a vite-vite construit une case pour valoriser le terrain. Le tour a été joué.
Un autre, général d'armées de son état, n'avait trouvé mieux que d'ériger un mur sur la rue afin d'avoir sa paix. La rue étant coupée, les gens étaient obligés de faire demi-tour pour joindre l'autre bout de la rue. Tout le monde a vu cela, le général n'a jamais été inquiété, il n'a jamais subi une quelconque menace judiciaire.
Si étendre sa concession d'un mètre en grattant sur la voie publique ne pose pas problème, a fortiori comme c'est aisé pour un état puissant de s'emparer sous n'importe quel prétexte du territoire de son minuscule voisin? C'est ce que le monde suit, muselé et impuissant, en Ukraine depuis l'éviction du président Ianoukovitch à la suite des manifestations pro-européennes.
 
Comment annexer un territoire qui ne vous appartient pas? Les réponses sont multiples. L'histoire illustre des cas concrets tels que la guerre, l'occupation pure simple, la colonisation, l'invasion armée ou pacifique, la ruse. Des cas plus récents existent également. La Russie est en train d'annexer la Crimée, un  en territoire ukrainien. Le monde entier est ahuri devant cette manifestation de puissance et incapable de dire quoi que ce soit. Les Etats Unis et l'Union Européenne jouent aux sapeurs-pompiers avec forces menaces mais n'y changeront rien du tout. Sous le couvert d'un impérialisme mu en secours à la population russophone de ce territoire, Poutine occupe militairement la Crimée. Malgré les protestations officielles du gouvernement intérimaire de Kiev, rien n'y fait. Donetsk est un terrain déjà acquis, les pro-russes ne se voilent plus le visage. Le 16 mars est prévu un referendum venu de nulle part pour décider oui ou non de l'appartenance de la Crimée à la Russie ou de son maintien dans l'Ukraine. Et l'on sait déjà la réponse. L'annexion sera donc légale, démocratique, libre, pacifique, convenu sans bain de sang. Voilà la Crimée désormais province ou territoire russe! Qui a dit que ce conflit n'est pas ethnique? A tout cela il y a une réponse. C'est le nouvel ordre mondial qui veut ça. Les Russes n'y sont pour rien; ils n'auront fait que protéger leurs concitoyens.

4 Mar 2014

A chacun sa vérité

Je dois apporter une correction à ce que j'ai écrit le 2 mars sur le divorce non officialisé de notre star Nkwa Ngolo Zonso. Dans une interview vidéo-diffusée par Congo Number One l'abbé Jean Léon Katshioko, directeur spirituel et confesseur de l'illustre disparu, a dévoilé la vraie vérité sur les raisons de l'absence du cadavre à la cérémonie funéraire. Félicitations à l'abbé pour sa contribution à l'organisation des funérailles et son soutien à la famille. Disons en passant que j'ai été très surpris par des fautes de diction et de grammaire française entendue à cette émission. D'autre part, j'ai eu une idée de toutes les querelles internes autour de cette mort. Espérons qu'avec le temps la famille Mubiala retrouvera sa sérénité et son unité.
Outre le témoignage appuyé de l'abbé Katshioko et de ses compagnons, j'ai admiré le journaliste qui a conduit l'interview à cause de sa perspicacité et de son désir d'amener les spectateurs à une évaluation critique de ce qui s'est dit. Je n'ai pas aimé l'appel de Django à la violence contre Jolly. La question de la crédibilité du document reçue des pompes funèbres - donc l'accusation portée contre Liliane et Jolly - est demeurée sans réponse convaincante. N'importe qui peut produire n'importe quel document. Le trafic des documents est bien connu de tous. Ceux qui l'ont exhibé, ont cru à la véracité de leur document. Quant à moi, j'ai mes doutes jusqu'à preuve du contraire. En attendant la sortie de "This is me" annoncée dans un mois, laissons l'âme du défunt reposer en paix!
A chacun sa vérité! 

3 Mar 2014

L'art de la vérité 3

Je disais que chacun a sa vérité. Un homme de Dieu, en l'occurrence Frère JF Ifonge, dit sans hésiter dans une video: "Emeneya... Babwakelaki ye masasi na butu... masasi na motema. ... Oyebi ke bakoki pe kobwakela yo pe sida na bandoki." (Les sorciers ont tiré des balles sur Emeneya dans la nuit... dans son coeur. Sais-tu que les sorciers peuvent te jeter du sida?).
Telle est sa vérité à lui. Nombreux sont celles et ceux qui vont avaler sans discernement ce message probablement inspiré d'en haut et diffusé par un ancien musicien mondain qui s'est converti en prédicateur de l'évangile. A quoi s'est-il converti puisqu'il croit encore solidement à la sorcellerie dont il accuse ses anciens collègues? Il serait plus juste de conclure que chacun a sa foi, que chacun a ses convictions et ses vérités. Quoique je reconnaisse à chaque être humain la liberté ou le droit de croire à de telles déclarations, je trouve que je suis trop sceptique pour prêter mon oreille à de tels non-sens.

2 Mar 2014

L'art de la vérité 2

"Claver,
J'interviens après avoir lu tes discours décousus sur Emeneya. De quoi te mêles-tu? Tu quittes les calotins pour les musiciens. Décidément, tu sais surprendre. Te voilà chroniqueur musical aujourd'hui! Tabu Ley, je comprends, a marqué notre jeunesse à tous. Mais pour Emeneya, je ne te sens pas. Un lecteur informé perçoit aisément que tu forces la note et que par conséquent tu remplis des pages dans le seul but de les remplir. Je ne te croyais plus mélomane depuis la mort des Frères Soki qui incarnaient tout pour toi.Tu as promis une suite à ton article intitulé "l'art de la vérité". J'attendais une analyse plus profonde, mais tu m'as servi des salades indigestes. Je suis vraiment resté sur ma soif. Sois un peu plus profond.
Soit, je peux t'aider. Tu as bien détecté quelques "vérités" sur la personne et le personnage de King Kester. Il aurait fallu évoluer dans ce sens et revenir sur l'art de la vérité. Etc."
(Email du 3 mars).

A quoi je réponds:

Cher ami,

Il y a beaucoup de détails de ma vie que tu connais bien mais que tu ignores volontairement lorsque tu attaques mes écrits. C'est ma vérité, connue de moi seule, pas celle racontée, romancée par des tierces personnes à mon sujet. Ma vérité, comme celle d'Emeneya, n'est connue que de moi-même. Ce qui explique que tu me forges une image que tu as de moi. Je ne cesserai de te répéter que je ne peux prétendre à plus d'intelligence que celle que j'ai, à plus de talents que ceux dont Dieu m'a doté. Une chose est sûre: tu ne me crééras jamais à ton image. I am what I am.
J'ai chanté déjà très jeune dans les PDCK à Kenge. J'étais bon en musique à Kalonda et ai fait partie de la chorale du Père Masisi, des flutistes et de l'équipe qui entonnait les chants à la chapelle. A Mayidi, tu m'as vu gratter la guitare; et depuis, je possède toujours une guitare. Je ne suis pas un bon guitariste, mais les mélodies que je crée m'élèvent du monde terrestre vers des horizons plus éthérés. Pour passer mes temps libres, j'écrivais jadis de la poésie, jouais de la guitare, composais des chansons pour consommation personnelle car je suis timide, à défaut de me déambuler dans la forêt. Oui la forêt, ma muse éternelle. Et tu sais aussi combien j'étais piètre en esthétique quoique la vie professionnelle m'ait destiné à décrire le beau. Petit fils du Vieux percutionniste Kahiudi, je peux battre du tambour et accompagner des chansons et des danses. Quoique le grotesque m'intéresse aussi, je demeure sensible à la beauté des oeuvres musicales. Je respecte la bonne musique, quelle que soit son origine, quelle que soit la couleur de son auteur. Aujourd'hui, Madeleine-Chrystelle et Claver Junior forment la meilleure symphonie que ni Bach ni Beethoven n'ont réussie à mes yeux. Tout cela, c'est ma vérité; tu la connais même mieux que quiconque. Mais ma vérité, ma vraie vérité, demeure hermétique, inaliénable.
Créer la vérité, c'est un art. Même le mensonge constitue la vérité du menteur. De ce point de vue, il n'y a plus grand menteur que le romancier, plus menteur attitré par excellence que le créateur de la fiction, ainsi que l'a constaté René Girard dans Mensonge romantique et vérité romanesque.
 

Autour de la mort d'Emeneya: du connu à l'inconnu

Emeneya décédé. Paix à son âme! Voilà un événement plein d'informations ou de révélations pour tout observateur attentif. Et à travers cet événement peut se retracer la vraie face de la société congolaise. Chacun peut en tirer ses conclusions. Je ne suis pas sociologue, mais littéraire. Il y a selon moi du déjà connu comme de l'inconnu.
Vedette nationale et internationale, King Kester Emeneya a vécu sa vie comme il se doit. Par son talent et son travail, il a construit son succès. Un succès qui l'a amené aux quatre coins de la planète. J'ai suivi beaucoup d'interviews de lui que je n'avais jamais vues auparavant. De fil en aiguille, j'ai à mon niveau reconstitué une idée plus claire de l'individu. Arrogant, phénoménal et superbe, il l'est resté. La différence entre son personnage et sa personne est nette. La star ne s'est jamais départi de sa dignité légendaire, et n'a jamais contrarié son goût pour l'excellence et le travail bien fait. Avec l'album "This is me"(?), il comptait cartonner et s'acheter un "Jet privé" (sic). Il a placé la barre très haut. Cet artiste créateur et ambitieux qui faisait baver les envieux, c'était aussi Jean Mubiala. Il est parti mais reste dans le coeur des siens.
Selon qu'on est son fanatique ou un mélomane neutre, selon qu'on est sentimental ou passionné, on lui affiche des amis et des ennemis jurés parmi ses collègues, distribuant des points de bonne conduite aux uns et des mauvaises notes aux autres. Des illustres inconnus se sont révélés être des "pire moto na ye", des connus se sont rétractés de leurs vieilles déclarations, soulevant des polémiques à propos de tous les détails de l'événement. Son frère Jolly Mubiala a été accusé de traître par les uns et les autres pour n'avoir pas suivi les consignes. On a même identifié les "tueurs" qui l'auraient cocufié; on a proféré des menaces à leur encontre et promis de cruelles vengeances. On a ethnisé le décès, voire provincialisé les rites, mais la raison nationale a prévalu pour que l'icone musical soit finalement enterré à Kinshasa. Des intérêts financiers et des agendas politiques y sont également cachés, car il y en a que cet événement enrichit ou qui en tireront des dividendes politiques. Bref, des actes ont été posés; beaucoup de choses se sont dites, les unes plus contradictoires que les autres; mais pour moi, la vérité de la mort d'Emeneya relève de Dieu seul. Savoir qui il était en réalité comme individu demeurera voilé à tout le monde.
Juste un exemple. Vivant entre deux rives, deux traditions, l'artiste installé en France depuis vingt ans n'avait jamais déclaré son divorce "coutumier". Ce qui a compliqué la libération du cercueil car la loi française est étrangère à nos coutumes selon lesquelles le mari se contente de chasser son épouse sans autre forme de procès, en prend une seconde et l'installe chez lui moyennant juste quelques caisses de bière à la belle-famille. L'écrit est plus crédible que l'oral en France. Les implications juridiques d'une telle situation peuvent se révéler terribles. La femme qui se découvre non divorcée peut réclamer, sur le territoire français, tous ses droits au patrimoine du patron de Victoria. Un avocat peut exploiter une telle aubaine. Le sociologue y analyse le phénomène transnational tandis que le littéraire y perçoit une scène dramaturgique à plusieurs ouvertures imaginaires.
Opulents mécènes, sapeurs à succès, autorités politiques, mélomanes de tous les horizons, hommes et femmes de la rue, populations de Kikwit et du Bandundu, bref tout le monde est monté sur la scène du spectacle pour marquer son message. De la facture des frais hospitaliers à l'achat du cercueil, du transfert du cadavre à l'inhumation, une panoplie d'acteurs sont montés à la tribune. Un sapeur, maître de la forme, a célébré le grand-prêtre King Kester en offrant un onéreux complet Versace blanc avec lequel il serait enterré. Les sapeurs ont défilé à la Place de la Victoire, exhibant les dernières extravagances de la mode. Ils ont frappé la forme na ndenge ya ye mei Nkwamambu, Unkwa Ngolo Zonso, le Grand Mokolo. C'est aussi cela l'autre face du Congolais.
Des véhicules en grand nombre sont partis de Mayumbu pour Kinshasa avec des fortes délégations pour lui rendre hommage. Redy Amisi lui a composé un "nkunga" d'une beauté exceptionnelle. Thythy Levallois s'est coupé en quatre pour sensibiliser l'opinion tant au niveau du pays que de la Diaspora. La famille Mubiala a tenu à garder son unité et sa cohésion. Les femmes se sont querellées. Le cortège depuis l'aéroport de Ndjili a connu un franc succès. Honneurs nationaux ont été rendus à l'illustre fils du pays. Que dire de plus?
Kester kwenda mbote! Nzambi kuyamba nge na bwala na yandi.